Plan de relance de l’emploi des jeunes face à la crise du COVID 19 "1 jeune, 1 solution" - VITA BOURGOGNE

Plan "1 jeune, 1 solution"

Le 23 juillet dernier, Jean CASTEX, à peine nommé Premier Ministre à la suite d’Edouard Phillippe, a présenté, lors d’un déplacement à Besançon, un plan de 6,5 milliards d’euros pour 2020 et 2021, destiné à soutenir l’emploi des jeunes.

 

Ce plan a pour ambition de permettre 450 000 embauches d’ici au mois de janvier 2021. La volonté affichée de dynamiser l’emploi des jeunes s’inscrit dans un climat économique de crise dû à la pandémie du COVID19 qui a durement frappé le territoire. 700 000 jeunes sont attendus sur le marché du travail cette année, tandis que le taux de chômage ne cesse de croître, frôlant les 9% de la population active. Les jeunes actifs sont particulièrement touchés par cette crise (+13% dans leur catégorie). La Commission Européenne anticipe déjà un taux de chômage en France dépassant les 10% à la fin de l’année 2020. Les jeunes peu ou non diplômés, pour beaucoup candidats aux emplois dits précaires (CDD, interim…) notamment des milieux du BTP, de l’hôtellerie et de la restauration sont particulièrement touchés.

 

Prime à l’embauche.

Ce plan prévoit, entre autre, une aide à l’embauche de 4 000 € par an et par tranche de 1 000 €. Cette seule mesure est évaluée à 3,5 milliards d’euros. Elle prendra la forme d’une compensation de charges versée par l’agence de services et de paiement (ASP). Cette prime sera attribuée pour tout recrutement d’un jeune de moins de 26 ans en CDI ou en CDD de plus de 3 mois conclu entre le mois d’août 2020 et janvier 2021, permettant ainsi un versement par tranche. La prime sera attribuée pour des salaires allant jusqu’à 2 Smic, soit 3 078,84 €. Le gouvernement espère que cette aide permettra la signature de 450 000 contrats.

 

Apprentissage et formation.

Ce plan étend également les aides déjà en vigueur depuis le début du mois de juillet jusqu’au mois de février 2021 s’agissant des contrats favorisant l’insertion professionnel :

  • 5 000 € pour un apprenti de moins de 18 ans
  • 8 000 € pour un apprenti de plus de 18 ans

Ces aides sont conditionnées à l’engagement des entreprises de 250 salariés d’atteindre le seuil règlementaire de 5% de leur effectif en contrat d’apprentissage ou en contrat professionnes en 2021.

Les conditions d’éligibilité de ces aides diffèrent pour les contrats d’apprentissage et de professionnalisation.

Pour les contrats d’apprentissage, le diplôme ou le titre préparé doit être de niveau master ou inférieur

Pour les contrats de professionnalisation, le diplôme ou le titre doit être de niveau licence professionnelle ou inférieur.

 

Service civique.

Ce plan prévoit enfin, 100 000 places supplémentaires en service civique et 300 000 places en « parcours d’insertion », dont 60 000 contrats aidés dans le secteur marchand et 200 000 places en formation dans des secteurs porteurs tels que l’écologie, la santé ou encore le numérique.

 

Formations pour les jeunes sans qualification.

Le gouvernement souhaite que soient proposées 100 000 nouvelles formations aux jeunes sans qualification ou en échec scolaire au sein de l’enseignement supérieur, en soutenant les efforts de formation.

Ces formations seront proposées dans des filières jugées stratégiques et d’avenir :

  • Secteurs prioritaires du futur plan de relance : agriculture, industrie, agriculture,
  • Secteur du soin et de la santé
  • Métiers du numérique
  • Métiers de la transition écologique

Vita Bourgogne.

Le programme Vita Bourgogne initié par la filière viticole bourguignonne s’inscrit parfaitement dans ce plan d’envergure nationale. La filière regorge de possibilités et d’emplois non pourvus, offrant de belles opportunités aux jeunes en quête de sens et d’un emploi pérenne au sein d’une région dynamique.

De fait, la filière des vins de Bourgogne connait depuis plusieurs années une pénurie de recrutement pour tous les métiers liés à la production vitivinicole (ouvrier viticole, tractoriste, caviste, cariste, manutentionnaire, embouteillage, logistique, maintenance, gestion administrative etc.). Près de 700 emplois pérennes ne sont pas pourvus chaque année.

Pour pallier cette pénurie, le programme Vita Bourgogne offrira des formations adéquates en lien avec les attentes des opérateurs viticoles en amont d’une stratégie de recrutement portée par un plan de communication soutenu, s’articulant autour d’un site internet qui permettra aux candidats de s’informer sur les opportunités qui s’offrent à eux tant en matière de formations qu’en matière d’emplois.

Autres articles

Actualités

Deviens Ouvrier·ère Viticole Polyvalent !

Découvrez le métier d’ouvrier·ère viticole Deux groupes de formation au métier d’Ouvrier Viticole Polyvalent démarrent le 7 décembre prochain, l’un à la MFR de Beaune-Grandchamps

Je désire m'inscrire au bulletin d'actualités mensuel