Relance économique : les vins de Bourgogne résistent - VITA BOURGOGNE

Une bonne résistance de la Bourgogne dans un contexte économique incertain

Si l’année 2019 avait permis à la Bourgogne viticole de réaliser un chiffre d’affaire record de plus d’1 milliard d’euros, l’année 2020 a connu des turbulences majeures qui se sont inévitablement répercutées sur les ventes des opérateurs bourguignons.

Les aléas du commerce international ont été particulièrement importants cette année, engendrés tant par le contexte socio-économique international que par la pandémie qui a durablement impacté les échanges internationaux.

 

La bombe : La Taxe « Trump »

Les Etats-Unis sont le premier marché à l’export des vins de Bourgogne.

Dans le cadre du conflit qui oppose les constructeurs Airbus et Boeing et à la suite de la condamnation de Airbus par l’OMS, le Président américain Trump a décidé, entre-autre, de surtaxer à hauteur de 25 % les vins tranquilles de moins de 14° en provenance de France et ce à compter du mois de novembre 2019. Cette taxe a été renouvelée pour 6 mois à compter du mois d’août dernier.

La filière des vins de Bourgogne est particulièrement impactée par cette décision injuste, victime collatérale d’un conflit qui ne la concerne pas.

La FEVS (Fédération des exportateurs de vins et spiritueux) estime la perte de chiffre d’affaires de la filière à plus de 300 millions d’euros à ce jour. Une perte qui n’a, à ce jour, été compensée par aucune aide, malgré les demandes répétées de la filière.

 

Le séisme : La pandémie de Covid 19

Le monde a connu une pandémie sans précédent, contraignant un par un les pays de la planète a confiner plus ou moins strictement leur population, entraînant de fait la fermeture de nombreux commerces et l’annulation de nombreux évènements.

Ce contexte mondial a durablement impacté les échanges internationaux et notamment la vente de vins de Bourgogne.

 

Les signes positifs des marchés des vins de Bourgogne.

 

Pour autant, la filière des vins de Bourgogne tient bon !

Si leurs volumes de ventes diminuent et leurs positions sont mises à l’épreuve par le contexte sociaux-économique mondial et les nouveaux équilibres commerciaux, les vins de Bourgogne résistent.

La baisse des ventes à l’export reste maîtrisée à hauteur de -4,7% en volume et 11,9% en valeur sur le 1er semestre 2020, par rapport à l’an passé, qui, rappelons-le, a enregistré des ventes record à l’export (+9% en volume, 10,4% en CA par rapport à 2018).

Pour autant, la Bourgogne reste l’un des seuls vignobles français d’AOC dont les ventes sont en hausses à l’export à +4% en volume, en cumul à 12 mois à fin juin 2019.

La conjoncture socio-économique amplifie et accélère les mutations des marchés déjà perceptibles avant la crise sanitaire : la déconsommation de vins, le e-commerce, les accès aux marchés…

Néanmoins, la Bourgogne reste confiante et croit en ses marchés.

De fait, dès le mois de juin 2020, marquant le déconfinement de nombreux pays, y compris notre territoire, la vente des vins de Bourgogne est repartie à la hausse (+4,2% en volume), une tendance qui dure. Les faibles exportations enregistrées à destination des Etats-Unis ont été compensées pour partie par certains marchés comme celui du Royaume-Uni.

 

Les incertitudes : le Brexit et la reprise mondiale.

Si la filière des vins de Bourgogne reste sereine sur la pérennité de son modèle, de nombreux défis se dressent encore devant elle et notamment les incertitudes liées à la reprise du marché mondial.

Après le séisme mondial provoqué par la pandémie du Covid 19, nul ne sait comment, dans quelles conditions et à quelle vitesse, les économies mondiales vont se rétablir. Selon les experts, la reprise des échanges mondiaux au niveau de l’ère pré-Covid 19 n’est pas attendue avant plusieurs années et l’impact à long terme de cette crise inédite reste inconnu à ce stade.

Le Royaume-Uni, en perte de vitesse depuis la crise économique de 2008, a profité de la crise du Covid 19 pour relancer ses importations de vins de Bourgogne. Ce marché a connu un accroissement de vente de plus de 15% en volume sur les 6 premiers mois de l’année (+2 ,6% en valeur).

Le Royaume-Uni est ainsi redevenu le premier pays importateur de vins de Bourgogne dès le mois de mai 2020.

La filière des vins de Bourgogne ignore, pour autant, l’impact du Brexit qui s’annonce « dur », dans l’attente de la redéfinition de leurs règles d’importations, toujours en cours de négociation avec l’Union européenne.

Autres articles

Actualités

Le projet de transition professionnelle

Le projet de transition professionnelle Le projet de transition professionnelle s’est substitué à l’ancien dispositif du CIF à compter du 1er janvier 2019. Le projet

Je désire m'inscrire au bulletin d'actualités mensuel